« Rwanda, 20 ans après, s’en souvient-on ? »

Le projet « Rwanda, 20 ans après, s’en souvient-on ? » c’est une histoire de voyage, de reconstruction et de retranscription. L’association Demozamau se tourne vers ce petit pays pour apprendre la vision du monde d’une autre culture, à travers la musique et les arts.

« Rwanda, 20 ans après, s’en souvient-on ? », la Genèse

Ce projet est né d’une envie commune de deux amis et est l’aboutissement de deux parcours qui se sont rencontrés il y a cinq ans. Tous deux fraichement arrivées à Rennes en septembre 2008 pour leurs études, le hasard à voulu qu’ils soient voisins de palier en résidence universitaire. L’un à grandi dans les Yvelines d’une mère rwandaise et d’un père breton et l’autre vient de Normandie, a des origines parisiennes et est passionnée par les cultures africaines.

Le milieu de leur rencontre était propice aux échanges interculturels car durant trois années de « vie commune », ils ont pu rencontrer des personnes venues de villes telles que Saint-Malo, L’Isle-D’abeau, Le Mans, Dakar, Alençon, Kigali, Libreville, Nouakchott, Porto-Novo, Alger, Rennes, Pékin, Djibouti, Port-au-Prince, Saint-Barthélemy, Fort-de-France, Beyrouth, Paris, Tunis… Autant de destinations qui leurs ont permis de partager des pratiques artistiques, culinaires et culturelles au sein d’un même immeuble. Surtout, cela leur a offert une vision panoramique du monde, au sein même de la Bretagne. Si l’une, étudiante en histoire de l’art, parcourt les musées à travers le monde, l’autre est à l’affût de la moindre sonorité originale.

Dans cette dynamique, nos deux compères ont décidé de monter le projet : « Rwanda, 20 ans après, s’en souvient-on ? », pour « partir, non pas pour voir de nouveaux lieux, mais voyager, pour ouvrir de nouveaux yeux », comme l’a si bien chanté le rwandais Gaël Faye 😉

« Rwanda, 20 ans après, s’en souvient-on ? », le projet

Au mois d’avril 2014, on commémorera les 20 ans du génocide. Depuis cet événement qui a bouleversé tout un pays il existe un désir de reconstruction de la part des rwandais, accompagné d’un réel devoir de mémoire pour ne pas oublier ce qu’il s’est passé durant 100 jours entre avril et juillet 1994 au pays des mille collines.

Qu’en est-il de ceux qui sont nés après 1994, au Rwanda comme en France ? Voici notre question de départ.

En France, nous ne connaissons du Rwanda pratiquement que le génocide. Si 1994 peut être considérée comme une rupture dans les consciences collectives, l’histoire du pays n’a pas commencé à ce moment-là. En effet, bien que les deux populations les plus connues étaient appelées les « hutus » (les agriculteurs) et les « tutsis » (les éleveurs), il existais également les « twas » – les artistes et artisans du pays – très souvent oubliés. Dotés d’un grand savoir-faire en poterie, musique et danse, ils sont considérés comme les « gardiens » des traditions ancestrales. Quelle peut être l’influence de leurs pratiques artistiques sur la culture actuelle ? Qu’ont-ils à transmettre à la jeunesse rwandaise ? A l’inverse, que sait-on de ces artisans ?

Notre projet s’inscrit dans une dynamique culturelle et artistique dont le but est d’apprendre et d’échanger avec autrui certaines visions du monde actuel. Notre leitmotiv : « Kwibuka, Twiyubaka », « se souvenir pour mieux se reconstruire ».

« Rwanda, 20 ans après, s’en souvient-on ? », les objectifs

Avec l’art comme support d’expression, il s’agit de mieux comprendre l’impact du génocide sur la mémoire collective des moins de 20 ans. Il est important de noter que nous ne cherchons pas à être intrusif, ni à raviver les souffrances, plutôt de participer à notre manière à l’effort de reconstruction du Rwanda, de le faire partager avec d’autres en France et ailleurs.

Les objectifs du projet

  • Favoriser l’expression à travers l’art
  • Promouvoir la culture contemporaine et traditionnelle
  • Mieux connaitre la manière dont les jeunes rwandais retranscrivent leur patrimoine historique
  • Mettre en place des temps de rencontre avec les « twas »
  • Enregistrer des sonorités artistiques pour la création d’un album

« Rwanda, 20 ans après, s’en souvient-on ? », le programme

Les commémorations

Nous avons mis en place trois soirées thématiques autour de la commémoration des 20 ans du génocide rwandais. Durant ces trois soirées, en partenariat avec l’association Sangwa, des objets artisanaux rwandais (carte postale, bijoux et autres) ont été mis en vente afin de récolter des fonds pour le projet.

  • Le 21 février 2014, nous avons projeté à la maison de quartier de Villejean une série de documentaires et un diaporama pour présenter le Rwanda et notre projet. À la suite de cette projection, s’est déroulé un débat où chacun a pu intervenir et poser des questions sur le pays.
  • Le 13 mars 2014, nous avons organisé une première soirée au bar Le Zola. Des artistes rwandais (danseurs et chanteurs) vivant en Bretagne ont été conviés sur scène pour présenter le Rwanda à travers les arts
  • La soirée du 10 avril 2014 s’inscrit directement dans le cadre des commémorations en France appelées « Ibuka20» et un stand photo « les hommes debout » (par le plasticien Bruce Clarke) a été mis en place, et des participants sont également montés sur scène pour s’exprimer sous forme de texte, slam, poème, chanson ou autres.

Le voyage Rwanda 2014

Puis, le projet « Rwanda, 20 ans après, s’en souvient-on ? » s’est concrétisé courant du mois de mai avec le voyage Rwanda 2014.

La restitution du projet

Revenus du Rwanda le 1er juin dernier, il était indispensable de restituer les œuvres produites.

L’association a donc participé à divers événements afin de valoriser ses actions, d’échanger avec les moins de 20 ans en Bretagne et de réfléchir sur la continuité du projet.

Avant tous, nous avons organisé une Soirée de remerciements au bar Le Zola, afin de remercier les participants, mais aussi restituer une partie du voyage Rwanda 2014.

La musique réalisée par les enfants au Rwanda a été diffusée pour la première fois le 28 juin, lors d’une journée de rencontre culturelle Burundaise-Rwandaise à Rennes.

Ensuite, lors de Quartiers d’été 2014, les photos du voyage et les textes écrits par les rwandais en Bretagne et au Rwanda ont ou être exposés, et de jeunes bretons ont pu s’exprimer sur le sujet lors d’une scène ouverte organisée sur la Zone d’Expression Libre. Enfin, le soir, la chanson « Ubutumwa » a également pu être interprétée sur la grande scène de Quartiers d’été.

Aussi, nous avons présenté nos actions lors du Forum « jeunesse et interculturalité » organisé par l’association Keur Eskem, le 12 novembre 2014. Une exposition photographique de notre séjour à été mis en place et les œuvres produites par les jeunes au Rwanda ont été présentées (cartes postales, poterie et musique).

« Rwanda, 20 ans après, s’en souvient-on ? », les ambitions

Le projet « Rwanda, 20 ans après, s’en souvient-on ? » ne s’arrêtera pas simplement là. Nous prévoyons de poursuivre la collaboration avec Gisimba, et d’aller encore plus loin dans nos action. Nous souhaitons en premier lieu pouvoir organiser un nouveau voyage au Rwanda (voir Rwanda 2017) pour, entre autre, enregistrer le clip de la chanson « Ubutumwa ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *